Nous vous appelons à vous mobiliser le mardi 19 octobre, à vous mettre en grève et à manifester à Paris. Un car est affrété par les syndicats. (8H15 : Dieppe-Gare (à confirmer) / 9H15 : Rouen-docks 76 / 10H00 : Val de Reuil ou Douains, lieu à confirmer)

Un préavis de grève a été déposé, votre absence sera donc couverte. SUD Educ 76/27 a constitué une caisse de grève pour vous aider.

Les rentrées se succèdent et les difficultés s’accumulent

Cette rentrée 2021 a été marquée par la généralisation
de la mutualisation des moyens avec les Pôles inclusifs pour l’accompagnement localisés (PIAL). Nos conditions
de travail se dégradent tandis que les
conditions d’accompagnement des élèves sont de plus en plus détériorées. Une grille de revalorisation salariale a été instaurée fin août mais elle est bien loin de nos attentes et revendications : les augmentations de salaire sont insuffisantes.

SUD éducation a des propositions concrètes !

SUD éducation porte une plate-forme revendicative concrète qui est le fruit d’une réflexion collective et à la base entre AESH du syndicat. Ces revendications s’inscrivent dans le
projet de SUD éducation qui défend une transformation radicale de l’école et de la société.

Pour un statut de fonctionnaire, la création
d’un nouveau métier d’éducateur·trice
scolaire spécialisé·e et une titularisation
sans condition. SUD éducation défend un service public d’éducation assuré par des fonctionnaires et défend un plan de titularisation des AESH par la création d’un métier d’éducateur·trice scolaire spécialisé·e sous statut de fonctionnaire, sans condition de concours, de formation, d’ancienneté ou de nationalité.
Pour une augmentation du salaire et une baisse du temps de travail. SUD éducation revendique la reconnaissance d’un temps plein à 24 heures d’accompagnement auxquelles s’ajoute le temps de préparation et de concertation et un salaire net à 1700 euros pour un temps plein en début de carrière. Ces revendications sont celles portées par notre Union syndicale Solidaires : la hausse immédiate des salaires les plus bas et la baisse du temps de travail pour l’ensemble des travailleurs et travailleuses.
Pour d’autres conditions de travail et d’accompagnement : pas plus de deux élèves
en accompagnement, le respect des notifications de la MDPH ; l’abandon des PIAL, une affectation sur deux établissements au maximum seulement si cela est nécessaire ; deux éducateur·trices scolaires spécialisé·es à temps plein (24 heures) en ULIS et un·e en SEGPA ; une organisation du travail gérée localement par les équipes.
Pour la création de brigades de remplacement qui auraient pour mission
d’assurer les remplacements des collègues absent·es. C’est également une condition
sine qua non du droit à la formation.
Pour une autre formation, initiale et continue : accompagner des élèves en situation de handicap ne peut pas s’improviser comme c’est actuellement le cas. SUD éducation revendique une formation initiale avant la prise de poste et continue tout au long de la carrière, qui soit riche et diversifiée, tant sur les questions de handicap que de pédagogie.
SUD éducation a chiffré le coût financier de ses revendications : créer un statut de fonctionnaire pour 129 000 AESH avec un temps plein à 24h et un salaire net à 1 700 euros coûterait 0,211 milliards d’euros, soit une augmentation de 0,27 % du budget du ministère de l’éducation nationale.

Ce n’est donc pas une question de moyens mais de volonté. Il ne nous reste plus qu’à les imposer, par l’action collective et l’instauration d’un rapport de force !

Actualités

NON à l’expulsion de Burhan : rassemblement mardi 19/10

Vous avez peut-être signé la pétition Non à l’expulsion de Burhan le 20 octobre ! . La préfecture ne réagit pas et Burhan Sallahu, père d’élève à l’école Balzac de Rouen, est convoqué mercredi à la Police Aux Frontières pour être conduit à Roissy où un avion l’attend pour le Kosovo. Cela signifierait qu’il laisserait ses deux enfants de 6 et 8 ans en France avec sa femme, sans la garantie de revoir un jour sa famille. C’est horrible. La préfecture ne réagit pas aux différentes mobilisations et sollicitations, malgré

Lire la suite »

COMMUNIQUE INTERSYNDICAL DU COLLÈGE RENÉ COTY D’AUFFAY

COMMUNIQUE INTERSYNDICAL DU COLLÈGE RENÉ COTY D’AUFFAY À Madame la Rectrice de l’Académie de Normandie Objet : Inquiétudes concernant la scolarisation des élèves en situation de handicap au sein du dispositif ULIS du collège René Coty d’Auffay / évincement insensé de notre collègue M.Dudouit Mesdames, Monsieur, Nous souhaitons vous alerter sur les conditions de rentrée catastrophiques dont sont victimes les élèves d’ULIS au sein de notre établissement. Ces élèves, souvent fragiles, sont en train de faire leur rentrée avec une enseignante contractuelle recrutée via « Pôle Emploi » il y

Lire la suite »

Contre le « pass sanitaire »

Pour un plan d’urgence dans l’éducation et la santé, contre le « pass sanitaire », pour l’accès universel aux soins ! Ce communiqué a été publié le 31/08/2021 C’est Blanquer qui nous rend malades ! Le « protocole » qui sera mis en place dans les écoles et les établissements à la rentrée, c’est un protocole sanitaire allégé, qui mise tout sur la vaccination des élèves et des personnels, qui considère que, quand on est vacciné·e, on n’est ni contaminable, ni contaminant·e – ce qui est totalement faux –, et qui ne tient

Lire la suite »

Quelques illustrations

Mais aussi

Le Front social

L'UNIRS 76/27

LE CREAL 76

RESF 76

Solidaire, unitaire, démocratique, SUD éducation est un syndicat intercatégoriel qui s’efforce d’unir les revendications des personnels de la maternelle à l’université, dans les écoles, les collèges, les lycées, les universités et tous les services. Nous portons un syndicalisme de lutte qui défend les droits des personnels sans compromission avec la hiérarchie.